Suivant cette réinsertion spectaculaire sur la Route, batterie de coups de pédale libérateurs dans les décors enchanteurs qui pullulent en Norvège, nous délaissons la côte et mettons le cap vers l’intérieur de la Scandinavie, en Suède, afin d’intégrer notre premier territoire nomade, la Laponie : destination Sapmi! Mais pas avant d’avoir réalisé un autre fantasme de bourlingueur à vélo qui consiste celui-ci à rouler sur les îles Lofoten…

KM 1990l
Rade de Reine avec ses “rorbu” (cabanes de pêcheurs). Nordland.
KM 1990p
Têtes de morue (stockfish) séchant sur claies de bois, à la sortie de Reine. Nordland.

L’archipel des sagas vikings, lagons idylliques, rades bordées de rorbu (cabanes de pêcheurs) et pics diaboliques nous a toutefois bercés entre la rêverie d’un éden romantique et les affres d’un enfer mécanique! Bonjour la réalité! Y pédaler en haute saison, l’été, c’est coudoyer légions de vacanciers et retraités. Inondant les petites routes étroites et sinueuses des îles, ils se meuvent en « camping cars », motos de randonnée et voitures de location. Ça devient périlleux même quand ils multiplient les manœuvres douteuses pour croquer les paysages hallucinants ou filmant des scènes en continu…les auteurs de la vidéo qui progressent dans le tableau Lofoten! Pendant que les cyclistes défilent en masse et se saluent à peine, profitant visiblement d’un congé estival aussi, on rénove les routes et percent de nouveaux tunnels pour accommoder encore plus de vacanciers motorisés et poids lourds frigorifiés venus des quatre coins d’Europe pour repartir avec cargaisons de saumons d’élevage.

La parade des vacanciers sur la route touristique nationale des Lofoten. Nordland.
La parade des vacanciers sur la route touristique nationale des Lofoten. Nordland.

C’est donc en état de choc que nous sommes débarqués du traversier qui nous a emmenés de Bodø à Moskenes, l’imposant navire empli de véhicules, arrivant au p’tit port comme une marée et se sentant les figurants d’une ruée…gênés! Laissant tout le monde partir devant, nous nous laissons porter vers Reine, une poignée de kilomètres plus au nord. Le village de pêcheurs emblématique est devenu l’un des pôles de l’industrie touristique des Lofoten, centre de villégiature et plein air qui n’a pas tout perdu de son charme—même si elles semblent souffrir de leur trop grande popularité, les Lofoten sont d’une beauté qui élève et sidère. Nous y sommes accueillis par Sandro, baroudeur italien proprio et fondateur de Reine Adventure, qui détecte notre panique quand nous accostons au quartier général de la petite agence de guides et location de vélos pour acheter un câble de frein. Sa décontraction est contagieuse et sait réconforter. Il va tout de suite au-delà de nos besoins puis nous renvoie à la route plus sereins.

KM 1990k
Traversée d’un chantier de construction–nouveau tunnel–sur la E-10. Nordland.

Nous poursuivons vers le nord et prenons notre place sur la ligne blanche pointillée de la route Europe 10 (E-10) dont le segment sur les Lofoten incarne l’une des 18 routes touristiques nationales de Norvège. Sur l’île de Flakstad, nous passons du côté Atlantique où le brouillard océanique se heurte aux montagnes escarpées et s’accroche au littoral. Le vent arrive parfois à nettoyer le ciel, au détour de quelques baies, et des effets spéciaux naturels paralysent le trafic, littéralement…dont notre petite caravane qui cumule les séances photos dans cet incroyable studio in vivo!

Bora Bora ou les Lofoten, au 69ième parallèle de latitude nord? Nordland.
Bora Bora ou les Lofoten, au 69ième parallèle de latitude nord? Nordland.
KM 1990i
Le vent fait son oeuvre sur le brouillard de l’Atlantique nord qui régnait sur le fjord Flakstad. Nordland.

Sur la prochaine, Vestvågøy, que nous avons reliée en pédalant sous la mer pendant 2 kilomètres en une espèce de voltige sous-marine sur trottoirs visqueux, nous avons faussé compagnie au cortège de la E-10 pour progresser sur la 815 entre Leknes et le pont pour la prochaine île, Austvåg. Les fjords paisibles que badigeonnent de motifs chatoyants le soleil, le brouillard et les marées, avec leurs rocailles couvertes de mousses et prés salés, nous font vite oublier nos petits désagréments et nous réconcilient avec les îles. Continuant notre circuit insulaire sur Austvåg, faisons escale à Svolvær, plus grand port de l’archipel, puis nous quittons les Lofoten à Fiskebøl pour nous embarquer vers les Vesterålen, autres îles nordiques choyées par le Gulf Stream, plutôt son extension, la dérive nord atlantique : le courant océanique accomplit des merveilles et donne un sacré coup de pouce à la vie organique ici, dans les parages du 70ième parallèle, créant un climat qui s’apparente à celui de la Gaspésie! C’est ici qu’on enregistre les températures annuelles moyennes au-dessus du point de congélation les plus septentrionales du globe.

Janick émerge du tunnel franchissant le détroit de Napp, entre les ¸iles Flakstad et Vestvåg. Nordland.
Janick émerge du tunnel franchissant le détroit de Napp, entre les îles Flakstad et Vestvåg. Nordland.
Reliant les îles Hadsel et Lang, le fjord Sortland en toile de fond. Nordland.
Reliant les îles Hadsel et Lang, le fjord Sortland en toile de fond. Nordland.
On vient de faire les foins sur Hadsel, à plus de 68 degrés de latitude nord. Nordland.
On vient de faire les foins sur Hadsel, à plus de 68 degrés de latitude nord. Nordland.
Au sud d'Harstad, dans la baie de Sørvik, nous somes invités à crécher dans un hangar à bateau dont le deuxième étage a été aménagé en loft. Troms.
Au sud d’Harstad, dans la baie de Sørvik, nous somes invités à crécher dans un hangar à bateau dont le deuxième étage a été aménagé en loft. Troms.

Poursuivons dans cette région de la côte norvégienne en sautant d’île en île vers le continent via les ports historiques de Stokmarknes, Sortland et Harstad. Champs cultivés bordés d’épilobes en feu forment des mosaïques symétriques de part et d’autres des fjords étroits et profonds. Des pics enneigés émergent de l’intérieur des îles et péninsules puis forment des remparts. Nous venons de gagner l’abyssal Ofotfjorden, qui abrite le port de Narvik, théâtre de l’une des plus grandes batailles navales de la Deuxième Guerre Mondiale, et porte d’entrée vers la Suède et…Sapmi!

Dernier lunch en Norvège avant l'ascension vers la Suède et Sapmi. Nordland.
Dernier lunch en Norvège avant l’ascension vers la Suède et Sapmi. Nordland.
À l'ascension vers le petit col formant la frontière entre la Norvège et la Suède, sur la route entre Narvik et Kiruna, nous avons découvert un parc éolien tournant à pleine capacité...ce qui expliquait bien des efforts! Nordland.
À l’ascension vers le petit col formant la frontière entre la Norvège et la Suède, sur la route entre Narvik et Kiruna, nous avons découvert un parc éolien tournant à pleine capacité…ce qui expliquait bien des efforts! Nordland.
À Bjørnfell, intégrons l'Union Européenne, la Suède et...Sapmi! Nordland.
“Rien à déclarer!” À Bjørnfell, intégrons l’Union Européenne, la Suède et…Sapmi! Nordland.
Sur le plateau de l'extrême-nord suédois, en plein territoire Sami, pédalons en compagnie du lac Torneträsk. Lapland
Sur le plateau de l’extrême-nord suédois, en plein territoire Sami, pédalons en compagnie du lac Torneträsk. Lapland
KM 1990n
Kiruna, cité entièrement construite pour répondre aux besoins de l’exploitation d’un important gisement de fer par la minière publique LKAB. Planifiée de A à Z et adaptée à ses climat et environnement, elle est à la fois très “humaine” et fonctionnelle. Lapland.

Chasse aux rennes et...leurs éleveurs! (Alta, Norvège – KM 2560)
Acheter et...profiter du temps! (Bodø, Norvège – KM 1395)

One Comment

  1. Bonjour!
    Félicitations pour ce beau reportage!
    Mes amis de Lituanie seront très heureux de vous acueillir à Kernave. Ils veulent simplement avoir une idée de la date (aproximative!) de votre arrivée.
    Faites moi signe quand vous en saurez plus!
    Jean-Loup

Rédigez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *