Il y a plus de 8 ans que nous avons suspendu cette odyssée vélocipédique ici, à Dar es Salaam, et voilà que nous nous apprêtons à célébrer nos retrouvailles avec la Route et le nomadisme : hiatus sédentaire et retour en Afrique!

Notre plan consistait bien à prendre une pause et un recul nécessaires pour assimiler expériences vécues et scènes dont nous avons été témoins durant cette étape de 21 mois, leur conférer encore plus de sens afin de pouvoir mieux les partager sous formes d’articles et conférences, et surtout « recharger nos batteries » auprès de nos familles et amis mais ce séjour au bercail, autour de notre camp de base charlevoisien, aura été prolongé par un événement qui nous a tous grandement affectés. Nous étions justement à Nelson, en Colombie-Britannique, en pleine tournée de conférences dans l’Ouest canadien quand le gouvernement canadien, à l’instar de maints pays, a fermé ses frontières et décrété en mars 2020, avec ceux de ses provinces, un confinement généralisé pour contrer la propagation du virus SRAS-CoV-2. Vous vous souvenez? Distanciation physique, port du masque obligatoire en lieux publics, isolement en cas de symptômes, campagne de vaccination…fait un bail aussi! Toujours selon ce plan, nous allions retourner en Afrique et retrouver ses nomades à l’automne 2020 mais les passeports ainsi en vacances…nous savons, pas les seuls à avoir vu ses plans chamboulés et bousillés par les microbes!

N’entrevoyant pas la fin de ces mesures à la fois essentielles et restrictives, nous nous sommes engagés dans divers projets régionaux, du développement de l’accès au territoire pour la pratique du cyclisme hors route dans tous ses avatars, surtout pour moi—P au clavier tandis que J partage sa version des faits dans la « traduction » en anglais de notre blogue…une chose qui n’a pas changé!;-)—, aux contributions de Janick dans la mise en valeur du terroir charlevoisien tout comme les charmes et l’hospitalité qui font la renommée de la région! Parmi cette longue liste, notons la rédaction d’un plan directeur de développement d’un réseau de sentiers, pistes et chemins pour la pratique du cyclisme hors route pour le compte de la MRC de Charlevoix, en collaboration avec l’organisme Vélo Charlevoix, puis un autre touchant l’aménagement de sentiers de vélo de montagne type cross-country commandé par le Sentier des Caps, la mise en oeuvre du projet de sentier Haute du Gouffre, conception de 12 parcours de vélo d’aventure (« bikepacking ») pour la SÉPAQ sur le territoire de la réserve faunique des Laurentides et autres projets d’exploration sondant le potentiel pour cette même discipline cycliste dans d’autres régions du Québec : Côte-Nord avec escale sur Anticosti, prospection dans les vallées des rivières Godbout et Trinité et le projet Manic 555; dans les Hautes-Laurentides et en Abitibi aussi sur le territoire de la réserve faunique La Vérendrye; et cette merveilleuse balade entre 2 stations du train de VIA Rail Montréal-Jonquière que nous avons baptisée Bikepacking « Québec-Express » et qui fera l’objet d’un reportage dans Vélo Mag cet automne. Cette même mission aura servi de studio à ciel ouvert pour le tournage du film The Slow Lane, court documentaire de la réalisatrice Alexa Fay qui traite de notre nomadisme planétaire sur deux roues comme mode de vie…

Le pied sur Anticosti à l’été 2017…

Les parages de notre camp de base charlevoisien se prêtent à merveille pour la pratique du fatbike hivernal…activité complémentaire au ski, et ce, d’une couple de façons!
Parlant de ski…durant cette pause prolongée au Canada, nous avons été invités à 4 reprises à prendre part aux voyages de ski de montagne d’une semaine qu’organisent au paradis de la poudreuse notre ami guide de montagne Joel “Big Country” McBurney…le pied et plusieurs cieux!
Travaux sur projet de sentier Haute du Gouffre…

Janick pratique son art avec la joyeuse troupe de locavores épicuriens des Faux Bergers…spectaculaire!
Nous croyons avoir adopté la féline la plus ensorcelante de l’univers…mademoiselle Sally! Rien à voir avec le nomadisme et plutôt un frein voire un obstacle, elle est entre bonnes mains au camp de base et nous manque déjà…

Nous avons présenté une trentaine de conférences en français et qu’une poignée en anglais…ah, les microbes!

Le garage de notre camp de base charlevoisien transformé en studio de cinéma pour la production du court documentaire The Slow Lane

C’est au cours de l’hiver 2022-2023 que nous avons pris la décision de retourner en Afrique, là où nous avions laissé cette odyssée vélocipédique, au printemps 2024. Outre réactiver des partenariats, en forger des nouveaux et effectuer maintes recherches au sujet des nomades avec qui nous auront rendez-vous durant ce voyage et toutes les acrobaties administratives qu’exigera l’itinéraire que nous réaliserons, il nous aura fallu trouver des personnes de confiance pour habiter notre camp de base et veiller sur Sally en notre absence : eurêka!

Armés jusqu’aux dents grâce à nos merveilleux et nombreux partenaires! Liste d’équipement  presque complète ici.

C’est ainsi que le 4 juin dernier nous nous sommes embarqués à Montréal à bord d’un vol de Qatar Airways en destination de Dar es Salaam avec escale de 15 heures à Doha pour atterrir près de 2 jours plus tard ici. Le zèle de la préposée qatarie à l’enregistrement à l’aéroport Trudeau, nous imposant l’achat de billets de sortie de la Tanzanie en marge des files d’attente en un insoutenable contre-la-montre, aura sonné le réveil des vieux bourlingueurs rouillés que nous étions! Tout ça et un embarquement in extremis pour potiner au sujet de Céline Dion avec l’agent d’immigration à notre arrivée en Tanzanie! « Canada…ah! Le pays de Céline! J’ai entendu dire qu’elle était malade…dommage! Je suis un fan de sa chanson My heart will go on! »

Autre réveil aussi fut la balade en camionnette en pleine heure de pointe entre l’aéroport international Nyerere, à Dar es Salaam, et le Gallivanters Hostel, dans le quartier Masaki, au nord de la métropole tanzanienne. Un hiatus sédentaire de 8 ans au Canada aura su nous désapprendre les charmes, vertus et périls de la conduite organique et instinctive…wouah!;-) C’est justement pour réapprivoiser ces façons et habitudes exotiques, qui nous étaient pourtant très familières, nous acclimater, apporter touches finales aux interminables préparatifs et rédiger ce billet que nous avons élu de nous installer 4 jours au Gallivanters. L’hospitalité du couple Tamara et Kibwana tout comme celle du personnel de leur établissement, la sérénité du voisinage et la piscine de la p’tite auberge auraient pu être prescrits par un médecin avisé!

Merci de « rouler » ainsi avec nous! Votre présence à nos côtés pour vivre avec nous cette nouvelle aventure fait toute la différence et confère à notre entrerpise tout son sens…bon voyage!

Que l’odyssée se poursuive…

Terre et mer swahili! (Dar es Salaam, Tanzanie - KM 20 960)

5 Commentaires

  1. Bonne route et toujours suffisament d’air dans les pneus!

  2. Ayant participé à botre comféremces Nomades, j’ai bien háte à la 2e. Bon voyage.

  3. Lyse et Laurent

    Déjà hâte de vous lire à nouveau, bonne route!

  4. Bon retour sur la route/piste. Nous vous suivrons. Nous qui venons juste de rentrer au bercail pour une pause de nomadisme alors que nous étions sur la route depuis 2 ans. nomadesavelos.com

  5. Maryse et Ronald

    Bonne route! Soyez prudente et prudent!
    Tante Maryse, Ronald et les enfants, petits-enfants !????????

Rédigez un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *