Nos joyeux travaux rwandais! (Kigali, Rwanda – KM 18 635)

Au « pays des Mille Collines » sous un soleil radieux, nous nous cramponnons aux guidons de nos Trolls et pédalons à fond en compagnie de ribambelles de piétons : nos joyeux travaux rwandais! Avec l’une des plus grandes concentrations d’êtres humains de la planète—480/km²—, surtout des jeunes, y ayant gravi plus de 9000 mètres en quelque 560 bornes, le moins qu’on puisse dire c’est que le Rwanda électrise et divertit! Mais avant de nous dégourdir et étourdir, retournons de l’autre côté de la frontière, derrière les monts Virunga, en Ouganda…

KM 18635a

Connu comme Barabbas, Sheba est un pionnier du tourisme communautaire dans le sud-ouest de l’Ouganda. Nous remettant à la route devant son Golden Monkey Guesthouse où nous avons rédigé le billet précédent, il est aussi derrière l’initiative du Mutanda Eco-Community Centre (MECC) et Batwa Culture Club qui nous a offert une prestation touchante (ci-dessous) durant notre visite de leur camp de déplacés en marge de Kisoro, le sordide Batwa Hill. District de Kisoro, République d’Ouganda.

Batwa Music Club from Pierre Bouchard on Vimeo.

KM 18635b

Kisoro attrape la « jaunisse » le jour de la visite du président de la république et candidat aux élections générales du mois prochain. Au pouvoir depuis une trentaine d’années, monsieur Museveni fait le tour du pays pour mousser sa campagne électorale. District de Kisoro, République d’Ouganda.

Nous quittons Kisoro pour passer la frontière et entrer au Rwanda la veille du jour de l’an, vivre un nouveau dépaysement. Les cyclistes aux cargos extravagants continuent de nous tenir compagnie et nous contournons les Virunga jusqu’à Musanze alias Ruhengeri—suite au génocide de 1994 des Tutsi, plusieurs réformes administratives sont survenues dont le changement de nom de plusieurs lieux et l’abolition de toute désignation à connotation ethnique. C’est ainsi qu’on réfère aux Pygmées Twa de la région, qui compteraient entre 25 000 et 30 000 personnes, par l’expression « Communauté de Potiers »! D’ailleurs, même si on commémore le génocide tous les ans en un jour férié et que des mémoriaux sont omniprésents, nous découvrirons qu’un silence opaque scelle toujours la douleur collective de cet abominable chapitre de l’Histoire.

Surtout en ville mais également dans la campagne en roulant vers Musanze, la propreté nous éclabousse au visage et surprend. Plutôt déserte voire fantomatique pendant le congé du nouvel an, la « capitale rwandaise des gorilles », dispendieuse, nous ennuie. Pour nous remettre de notre p’tit choc culturel et mieux préparer nos coups de pédale ici, nous transférons nos pénates à l’auberge Red Rocks, à moins de 10 kilomètres du centre de Musanze, sur la route de Muhanda qui, sur les premiers 30 kilomètres, est surtout fréquentée de routiers à vélo transportant bidons de l’elixir national, urwagwa  : appelons ce segment la « route de la bière de banane »!

KM 18635c

Une grosse Primus pour célébrer le nouvel an dans un établissement en périphérie de Ruhengeri/Musanze, à l’intersection de la “route de la bière de banane”. District de Musanze, République du Rwanda.

Projet chouchou du proprio de l’agence Amahoro Tours, Greg , favorisant le tourisme communautaire, lauberge Red Rocks comporte aussi un vaste et magnifique terrain de camping et nombre d’activités impliquant les paysans des parages : atelier de vannerie, rando dans la jungle parmi les vestiges de l’une des plus anciennes cours royales d’Afrique, session d’agriculture bio dans les villages environnants, rando en montagne, centre d’arts, balade à vélo (trottinette) de bois, apiculture et…fabrication de bière de banane, étape par étape! Comme quoi il y a beaucoup d’autres choses à faire autour des safaris de gorilles! Nous avons profité de notre séjour pour inscrire Red Rocks sur la liste des hôtes Warmshower du Rwanda. Les voyageurs à vélo peuvent désormais y ériger leur tente, prendre une douche et une pause gratuitement…et s’initier à ce coin d’Afrique!

KM 18635d

Comme la bière de banane atteint un niveau d’alcool de plus de 10% et que la fermentation activée au sorgho ou millet favorise la gazéification, il faut une soupape à ces jerrycans servant au transport et, sur la surface ondulée de la « route de la bière de banane », en évacuer régulièrement le trop-plein. Parcourant une distance de 30 kilomètres dont les 5 derniers constituent une longue ascension pour ces cyclistes chargés, certains arrivent à Musanze complètement ivres! Mieux vaut faire comme ce transporteur et inviter les visiteurs à siphonner un brin, joindre l’épaule à la roue…euh, bouche à la paille! District de Musanze, République du Rwanda.

KM 18635e

Pétrir les bananes pour en extraire le jus au Red Rocks. On utilise de l’herbe pour séparer plus aisément la pulpe du jus excessivement sucré. On mélangera du malt de sorgho ou millet comme ferment, laissera reposer 2-3 jours puis ça y est, on peut déguster! Les femmes nous ont raconté qu’après la session, on danse avant d’aller vaquer à d’autre tâches telles la cuisine ou encore la vannerie. District de Musanze, République du Rwanda.

KM 18635f

Toujours au Red Rocks, Janick est initiée aux secrets de la vannerie rwandaise. District de Musanze, République du Rwanda.

KM 18635g

Le Red Rocks, avec son camping, ses chambres, son resto, bar, centre d’arts et maintes activités invite les voyageurs à vélo à venir prendre une pause de la frénésie des routes africaines! District de Musanze, République du Rwanda.

Nos travaux débutent vraiment au départ de Red Rocks, mettant le cap vers le lac Kivu via une série de petits cols et villages perchés sur les contreforts des plus hauts sommets des volcans de Virunga : outre les Muhabura (4127 mètres), Gahinga (3474 mètres) et Sabyinyo (3674 mètres), qui nous tiennent compagnie depuis notre arrivée dans le recoin sud-ouest de l’Ouganda, ce sont les Bisoke (3711 mètres) et Karasimbi (4507 mètres), point culminant du pays des Mille Collines. C’est une longue ascension et les vélos chargés qui descendent à sens inverse à plus de 70 km/h nous en mettent plein la vue. Les alertes lancées par les jeunes et moins jeunes—«Aamuuzzzzzzzzzzungu!»— s’abattent en autant de batteries d’averses. Tout ce beau monde demande toujours un p’tit quelque chose, bien sûr, mais sans insister ni perdre le sourire…nos joyeux travaux rwandais sont bel et bien commencés!

KM 18635h

Sous la surveillance silencieuse du mont Muhabura (4127 mètres), nos joyeux travaux rwandais sont bel et bien commencés! District de Musanze, République du Rwanda.

KM 18635i

Savez-vous empaqueter des carottes, à la mode des Virunga? Plantations de thé à l’arrière-plan, sur des terrasses s’échelonnant au-delà des 2000 mètres. District de Nyabihu, République du Rwanda.

KM 18635j

À la descente vers Gisenyi/Rubavu et le lac Kivu, tôle des toits du village de Kanama et nuées flirtant avec les pentes du volcan Nyiragongo (3470 mètres), au Congo (RDC). Considéré l’un des plus actifs et dangereux d’Afrique—la ville de Goma, coincée entre le lac Kivu et ses flancs ravinés, en sait quelque chose…—, son cratère sommital est baigné d’un lac de lave et sa dernière éruption remonte à 2011. District de Rubavu, République du Rwanda.

Nous touchons le rivage du lac Kivu, autres retrouvailles avec le grand rift africain, encore sa branche occidentale, dans la baie de Bralirwa, au village de Rubona. C’est dans l’établissement de la Québécoise Marie-Noëlle DeVito, l’Inzu Lodge, que nous reprenons notre souffle et nous préparons à entreprendre la superbe Congo-Nile Trail…une série de joyeux et sérieux travaux rwandais en soi! C’est aussi ici, à la tête de la baie, qu’on brasse les Primus et Mützig, bières de la Brasserie et Limonaderie du Rwanda. En profitons donc dans le paradis de Marie-Noëlle pour nous dorloter un peu avant de nous auto-flageller!

KM 18635k

Lac Kivu, pêcheurs et rivage congolais depuis les berges de la baie de Bralirwa. Des évents associés au volcanisme hyperactif de la région évacuant de grandes quantités de gaz, surtout du méthane, perforent le fond du lac et nuisent aux chances de survie de plusieurs espèces qu’on retrouve dans les autres lacs de la région. District de Rubavu, République du Rwanda.

KM 18635l

Début d’une aventure, série de joyeux et sérieux travaux rwandais : la Congo-Nile Trail! District de Rubavu, République du Rwanda.

KM 18635m

La première tranche des 227 kilomètres de ce parcours adhérant au littoral « explosé » du lac Kivu consiste en une piste à la surface débordant d’aspérités et pentes diaboliques. Les efforts que nous avons fournis durant cette centaine de bornes, entre la baie de Bralirwa et le port de Kibuye, nous ont installés dans les premières loges du Rwanda rural, le coeur de l’Afrique centrale, et procuré des sensations physiques et esthétiques saisissantes! À rouler c’te sentier! District de Rubavu, République du Rwanda.

KM 18635n

Frais du lac et du grill, des izambasas. Miam! District de Rutsiro, République du Rwanda.

KM 18635o

Pas encore la saison, les supports de la station de lavage de café de Musasa attendent leurs premières cerises d’arabica. Les pentes du littoral qui s’étirent entre les 1450 mètres du niveau du lac et les 2000 mètres abritent plusieurs nouvelles plantations de café, la plupart des coopératives formées par les riverains. Elles servent aussi de terrain de camping et même auberge dans le cas de certaines pour les usagers du Congo-Nile Trail. District de Rutsiro, République du Rwanda.

KM 18635p

Nous nous réveillons au milieu d’un p’tit chantier à la station de lavage de café de Musasa. District de Rutsiro, République du Rwanda.

KM 18635q

Sérieux travaux ce coup-ci, toujours sur la magnifique et tonique Congo-Nile Trail. Pas la première—ni la dernière fois—qu’on nous verra en train de nous livrer corps et âmes à des sessions de « bikepacking » de sumos! District de Rutsiro, République du Rwanda.

KM 18635r

Mémorial choquant et provocateur jouxtant le parvis de l’église catholique de Kibuye. Durant le génocide de 1994 des Tutsi, 11 400 réfugiés y ont péri sauvagement quand un groupe de miliciens saoulés à la bière de banane ont projeté des grenades à l’intérieur pour ensuite pénétrer l’enceinte eux-mêmes et achever les survivants, principalement à la machette. Une affaire de 3 heures! 10 000 autres Tutsi et sympathisants Hutu ont connu une fin similaire au stade de la ville où ils ont été inhumés dans une fosse commune. Un autre monument y commémore la tragédie. Le stade a été rasé, effacé pour faire plutôt place à un nouveau centre communautaire. District de Rutsiro, République du Rwanda.

KM 18635s

La Congo-Nile Trail, au sud de Kibuye, est devenue une route de montagne « chinafricaine » dernier cri, avec tracé révisé fraîchement pavé, même qu’on travaillait encore à la finition de quelques sections : des clôtures et garde-fous surtout, éléments d’infrastructure essentiels pour ce circuit des plus périlleux et panoramiques! District de Karongi, République du Rwanda.

KM 18635t

Asphalte ou garnotte, peu importe, sur les routes du pays le plus densément peuplé d’Afrique, les hordes sont au rendez-vous! District de Karongi, République du Rwanda.

KM 18635u

On trouve presque toujours des p’tits pieds quelque part entre les aisselles et hanches des Rwandaises : colorés, enrobés de matières synthétiques ou non! Nous aurions pu écrire la même chose au sujet des Ougandaises, Kényanes et Éthiopiennes… District de Karongi, République du Rwanda.

La Congo-Nile Trail poursuit jusqu’à Kamembe, à l’extrémité sud du lac Kivu, mais nous bifurquons vers la gauche et l’est, une trentaine de bornes avant son terminus, pour franchir le parc national Nyungwe. Abritant l’une des plus anciennes forêts pluviales du continent et nombre de primates dont colonies de chimpanzés et acrobatiques colobes noirs et blancs, c’est une sente sanctuaire de 50 km qui nous prodigue un répit de la foule somme toute bien mérité. Les premiers « aaawazzzungu! » à la sortie glacent le sang puis la routine reprend ses droits. Puisque nous projetons mettre un terme à la première étape de l’odyssée vélocipédique en cours à Dar es Salaam, en Tanzanie, nous maintiendrons désormais un cap qui nous conduira jusqu’à l’océan Indien et l’archipel de Zanzibar via un retour en pays Maasai et les territoires des Hadza et Barabaig, prochains nomades dans notre mire.

KM 18635v

Sur l’asphalte impeccable de la route qui prend en écharpe le parc national Nyungwe, y donner des coups de pédale et s’immiscer parmi ses palissades de verdure tient d’une expérience transcendantale…même avec une dénivelée positive de plus de 1000 mètres en une cinquantaine de bornes! District de Nyamasheke, République du Rwanda.

KM 18635w

En détectant les deux bipèdes effectuant d’étranges manœuvres circulaires sur roues, dizaines de colobes noirs et blancs simulent un véritable chablis en déguerpissant d’arbre en arbre. District de Nyamasheke, République du Rwanda.

KM 18635x

Dès qu’on sort du parc national Nyungwe, stigmates de l’activité humaine crèvent l’écran! Quelques-unes des mille collines surpeuplées du Rwanda… District de Nyamagabe, République du Rwanda.

KM 18635y

En route vers Muhanga. District de Ruhango, République du Rwanda.

KM 18635yy

Tout d’un coup, quand on a un suçon à se mettre dans la bouche, le « muzungu » à vélo devient suspect et on s’en méfie! District de Kamonyi, République du Rwanda.

KM 18635z

Joyeux travaux rwandais d’un autre type : convoi de bière de banane. Pas réussi à déterminer si les tuques rouges font partie de l’uniforme de la compagnie de transport qui les emploieraient! District de Kamonyi, République du Rwanda.

KM 18635zz

Profitant de la relative tranquilité sur les artères abruptes de la capitale créée par un match de football du Championnat des Nations Africaines opposant le Rwanda à la Côte d’Ivoire, ici, au stade Amahoro, nous nous hissons vers le centre-ville en suivant les indications de nos hôtes Warmshower, une jeune famille de Canadiens généreux et rayonnants. On s’en reparle dans le prochain billet… Ville de Kigali, République du Rwanda.

 

Picture

INZU Lodge

Transit faste! (Singida, Tanzanie - KM 19 425)
Chez les Pygmées! (Kisoro, Ouganda - KM 18 075)
in Uncategorized

2 Comments

  1. Bonjour
    J’ai une question. Est-ce que votre tente est ok pour les pluies d’Afrique ? On dirait une BigAgnes ?
    Merci

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

required