Éthiopiques vélocipédiques vol. III! (Arba Minch, Éthiopie – KM 15 130)

Plus de 2 mois à pédaler dans les montagnes d’Éthiopie, à la fois splendides et surpeuplées, transcendantes et bafouées, la même rengaine : épique et diabolique…place aux Éthiopiques vélocipédiques Vol. III!

KM 15130a

Descente du château-fort de Lalibela vers des plateaux plus bas, bien bosselés, pour enchaîner avec la remontée vers la fameuse China Road, route asphaltée la plus élevée du pays qui culmine à plus de 3500 mètres d’altitude sur l’arête de l’escarpement oriental des hauts plateaux amhariques. Les premiers 20 kilomètres, jusqu’à l’intersection avec l’aéroport de Lalibela, sont pavés tandis que les 40 dernières bornes vers le village de Gashena, à califourchon sur la China Road, font toujours l’objet de travaux chinois. Amhara, République fédérale démocratique d’Éthiopie.

KM 15130b

Aux difficultés mécaniques—les pneus, chambres à air et câbles chinois, les seuls produits du genre disponibles en Éthiopie, ne font pas le poids…—s’ajoutent d’autres épreuves psychologiques. Après avoir été autorisés la veille à camper gratuitement autour d’une ferme familiale, voilà que le fils aîné, enseignant à l’élémentaire par surcroît, exige un tarif de location de l’espace gazonné, « Donnez-moi de l’argent parce que vous le pouvez! » argumente-t-il. Mais qu’en sait-il? Et comment lui expliquer qu’il se pourrait que nous roulions dans le rouge, progressions à des continents de chez-nous à même nos marges de crédit? Rien à faire! Négocions jusqu’au seuil de la colère puis quittons…quand même fâchés! Le solde de notre compte karmique sera bientôt en souffrance! La journée débutant ainsi, à peine quelques kilomètres d’ascension archi-ardue que tombons dans une véritable embuscade de p’tits bergers. Autre crevaison, un câble qui pète et alouette! Tout ça parmi des montagnes envoûtantes! Encore une fois en Éthiopie, l’un des moments de prédilection qu’offre notre nomadisme, gravir par nos propres moteurs et à notre rythme les courbes de niveau d’un décor bien relevé, est compromis! Puis un camion se fait entendre. Un livreur de ciment qui s’en retourne à Addis. Il propose de nous y conduire d’un coup. C’est tentant mais refusons…y montant quand même jusqu’à Woldiya, carrefour important sis à la base de l’escarpement oriental, à mi-chemin entre Mékélé et la capitale. Pour nous, il s’agit d’un bond motorisé de 125 bornes et changement d’air bénéfique! Amhara, République fédérale démocratique d’Éthiopie.

KM 15130c

Au terme d’une brève escale à Woldiya, nous poursuivons vers le sud le long du prodigieux escarpement oriental, franchissant plaines fertiles que drainent affluents de l’Awash, ce fleuve qui s’en va s’évaporer dans le désert du Djibouti, et petits cols qui unissent cette litanie de vallées. Amhara, République fédérale démocratique d’Éthiopie.

KM 15130d

Une invitation à monter à bord d’un camion d’Ethio Telecom se termine dans le condo du chauffeur, Teklu Abebe, au 6ième étage d’un bloc à appartements en périphérie de la ville de Dessie, où sa femme, ses sœurs et sa fillette nous attendent avec une montagne de bouffe : spaghetti et shiro tegamino (épaisse purée de pois chiches bien épicée) sur lit d’injera. Faisant honneur à la cuisinière, engloutissant tout, on nous propose alors d’enchaîner avec un potato wat, espèce de cari aux patates. Comme l’hospitalité nous est plutôt prodiguée par ces camionneurs altruistes ici—nous étions en train de faire un peu de discipline de bord de route quand Teklu s’est garé devant nous, la fin du jour commençant à réveiller les p’tits démons de la campagne…—, nous apprenons plus au sujet des coulisses du quotidien des Éthiopiens en acceptant leurs invitations qu’en pédalant parmi les hordes de paysans. Amhara, République fédérale démocratique d’Éthiopie.

KM 15130dd

La cérémonie du café d’usage orchestrée par la maîtresse des lieux, l’épouse de Teklu, avant de nous reconduire dans un hôtel du centre-villle—on voulait nous garder à coucher mais monter notre barda au 6ième et le besoin de nous brancher à Internet nous contraignent à refuser l’invitation. Notez le foin synthétique, adaptation bien pratique de ce symbole d’hospitalité naturel et biodégradable en Éthiopie. Amhara, République fédérale démocratique d’Éthiopie.

KM 15130e

À la sortie de Kombolcha, centre industriel et carrefour intermodal sur la voie ferrée conduisant au port de Djibouti, rencontre fortuite d’un autre Samaritain de la route. Nurye Said nous avait cueillis au terme d’une longue journée sur la Vieille Route Italienne, dès notre retour dans la région d’Amhara, au bled d’Abergele. C’est à bord de son camion réfrigéré distribuant médicaments contre le SIDA/VIH que nous avons parcouru les dernières dizaines de bornes vers Sekota. Nous nous croiserons à nouveau, le plus fortuitement du monde, à Debre Behran, dernière station avant notre arrivée dans la capitale, Addis Abeba. En passant, pour ceux qui se posent la question, le kilométrage affiché dans les titres de ces billets et nos carnets de bord est le fruit de nos coups de pédale à 100%. Amhara, République fédérale démocratique d’Éthiopie.

KM 15130f

Plus tard cet après-midi là, rencontre de notre bienfaiteur de la veille et nouveau pote éthiopien, Taklu…décidément! Amhara, République fédérale démocratique d’Éthiopie.

KM 15130g

La valse des jerrycans en plastique jaunes, sempiternelle corvée de l’eau potable, un spectacle auquel nous assistons plusieurs fois par jour. Selon l’ONG water.org, plus de la moitié de la population rurale n’a pas accès à des sources d’eau améliorée (protégées des risques de contamination). L’apanage des femmes sur les hauts plateaux, en territoire chrétien, il était rafraîchissant et encourageant de voir de jeunes hommes s’acquitter de cette tâche éreintante en-bas, dans des vallées à prédominance musulmane : un bidon jaune empli à capacité pèse 40 livres! Amhara, République fédérale démocratique d’Éthiopie.

KM 15130h

En évoluant principalement sous les 2000 mètres, presque à 1500 mètres ici, on retrouve la compagnie de nos chers dromadaires. Un aspect de notre séjour en Éthiopie qui nous plaît particulièrement et dont nous entretiendrons le souvenir est le partage de la route perpétuel avec toutes ces bêtes mignonnes à la dégaine décontracte et aux cœurs purs! Amhara, République fédérale démocratique d’Éthiopie.

KM 15130i

Peut-être entraînés à « garnotter » les cyclistes, tireurs de pierres élites et frondeurs de précision embusqués dans les champs de sorgho matures veillent aux grains. Gare aux corneilles! Amhara, République fédérale démocratique d’Éthiopie.

KM 15130j

Lors de notre ascension de retour vers les hauts plateaux amhariques, un gélada ou singe-lion observe le trafic entrer et sortir de l’un des tunnels conduisant au col Tarmaber (3248 mètres). Civilisé et plutôt sympathique, le théropithèque ne nous a rien lancé! Amhara, République fédérale démocratique d’Éthiopie.

KM 15130k

Au village de Tarmaber, au-delà des 3000 mètres, des kiosques offrent beurre et eau-de-vie, beurre et eau-de- vie, beurre et eau-de-vie… Amhara, République fédérale démocratique d’Éthiopie.

KM 15130l

Parvenus au sommet du col Tarmaber (3248 mètres), nous faisons parvenir une preuve de vie à notre famille avec notre balise InReach SE“ET phone home!” Amhara, République fédérale démocratique d’Éthiopie.

KM 15130m

Les hauts plateaux cultivés au nord de la capitale évoquent pour nous notre Charlevoix…ou serait-ce la présence des gourganes? Amhara, République fédérale démocratique d’Éthiopie.

KM 15130n

Pas l’architecture, en tout cas! Amhara, République fédérale démocratique d’Éthiopie.

KM 15130o

Trottoir-purgatoire pour cette pauvre bovine attachée devant l’établissement de Debre Behran où on la servira. Plats de viande crûe, kitfo ou tera sega figurent au menu de plusieurs restos traditionnels. C’est à Debre Behran aussi, à quelque 130 kilomètres d’Addis Abeba, que nous remercions nos vélos et faisons du pouce afin que notre séjour concorde avec jours ouvrables pour obtenir notre visa pour le regroupement de pays est-africains (Kenya, Ouganda et Rwanda) et nous acquitter d’autres missions d’ordre administratif. Amhara, République fédérale démocratique d’Éthiopie.

KM 15130p

Merveilleux casse-cou de la quête de l’eau roulent à tombeau ouvert et performent sans filet de sécurité sur les boulevards abrupts et achalandés de la capitale! Addis Abeba, République fédérale démocratique d’Éthiopie.

KM 15130q

De loin la plus grande ville du pays avec plus de 3 millions d’habitants, la capitale éthiopienne est en plein essor. C’est aussi le siège de l’Union Africaine, association continentale regroupant les 54 nations de l’Afrique—sauf le Maroc—, dont on aperçoit les quartiers généraux futuristes financés par la Chine (à droite sur la photo). Addis Abeba, République fédérale démocratique d’Éthiopie.

KM 15130r

Suivant un séjour d’une semaine en ville et famille, véritable thérapie holistique, il est venu le temps de dire aurevoir à nos hôtes Warmshower.org, les Bullinger-Bolognini, représentés ici par notre nouveau pote Stéphane. La famille suisse cantonnée en Éthiopie a tout mis en œuvre pour solutionner nos problèmes logistiques—on avait même importé pour nous depuis la Suisse un colis en provenance du Canada avec pneus Michelin et nouvelles lunettes Ryders—, mécaniques et administratifs. Et qu’est-ce qu’on a bien mangé, bu et discuté! Quel beaume durant cet épisode éprouvant de l’odyssée vélocipédique en cours! Et c’est aussi en leur compagnie et celles de leurs amies que nous avons célébré le nouvel an éthiopien…merci Anne-B, Zöé, Julie et Stéphane! Addis Abeba, République fédérale démocratique d’Éthiopie.

KM 15130s

Avec le début des récoltes, l’heure de la fin de la récréation a sonné pour les ânes! Oromo, République fédérale démocratique d’Éthiopie.

KM 15130t

Un truck-stop/bordel contraste bien avec nos appartements dans la résidence des Bullinger-Bolognini mais fait l’affaire au village de Lemen. D’ailleurs, nous trimbalons tout ce qu’il faut pour transformer ces chambres en aire de camping sécurisé! Oromo, République fédérale démocratique d’Éthiopie.

KM 15130u

Au sud d’Addis Abeba, le long de la route de Butajira-Hosaina-Sodo, même si la campagne regorge de plantations et qu’on semble bien organisés, on se rue à nos trousses ou devant pour quémander avec un acharnement que nous n’avions pas encore vu! Il ne s’agit plus de bergers miniatures mais d’enfants et ados oisifs qui sortent des parages de ces maisons circulaires monumentales qu’on retrouve par ici, entre les monts Gurage et les lacs du Grand rift africain. Clairement, il y a plus de monde qu’au nord et on n’a pas plus d’égard pour les visiteurs! Région des nations, nationalités et peuples du Sud, République fédérale démocratique d’Éthiopie.

KM 15130v

La route B-51 est inondée en ce jour de marché hebdomadaire au village de Doyogena, entre Hosaina et Areka. Région des nations, nationalités et peuples du Sud, République fédérale démocratique d’Éthiopie.

 

FORTY SPRINGS HOTEL

 

 

Par la porte d'en arrière! (Lodwar, Kenya - KM 15 680)
Éthiopiques vélocipédiques vol. II! (Lalibela, Éthiopie - KM 14 335)
in Uncategorized

2 Comments

  1. Pierroro, du Québec Sep 28, 2015, 05:12

    Plus je vous suis, plus j’ai envie de partager quelques moments avec vous à votre retour.
    Bonne route!

  2. Lyse Poirier Oct 01, 2015, 22:49

    Que d,émotions intenses vous nous faites vivre par procuration. Merci.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

required